Aneth – Anethum Graveolens

l’aneth est une plante qui pousse à l’état sauvage dans certains pays d’Eurasie. Elle a plusieurs bienfaits et est toujours bien apprécié avec du poisson ou des cornichons comme dans cette recette de dorade à l’aneth


L’aneth (Anethum Graveolens – Apiacées) est originaire d’Asie mineure, il est d’ailleurs le sujet d’un traité médical égyptien qui remonte à 5 000 ans, ce qui signifie que les vertus de cette herbe aromatique, que l’on appelle encore fenouil bâtard, sont connues depuis bien longtemps.
Chez les Romains, il était symbole de vitalité, de sorte que les gladiateurs en consommaient dans leurs repas pour avoir plus de force et de résistance. L’aneth a fini par voyager aux pays du nord, c’est alors que les Anglo-saxons eurent aussi le coup de foudre pour cette herbe. 
Plante de la famille des apiacées, l’aneth pousse dans les climats chauds.
Sa grande tige vert bleuté porte de longues feuilles filiformes en forme de rameaux. Ses fleurs, jaune pâle, se présentent en ombelles. Ce sont elles qui contiennent les graines, fruits d’automne de la plante. Ces graines, ovales et brun clair, ressemblent aux graines de carvi. 
L’aneth pousse au bord des chemins ou sur les terrains vagues ; il aime les sols secs et pierreux. On le récolte principalement dans les pays scandinaves, la Russie et la Grande-Bretagne, entre mai et septembre.

Aneth sauvage, Anethum graveolens
Branche d’aneth sur fond blanc

Bienfaits

L’aneth est une plante très riche en propriétés médicinales. Feuilles et graines, en plus d’être comestibles et de parfumer agréablement les plats, peuvent soulager de nombreux maux quotidiens. Ainsi, de vieux recueils d’herboristes mettent en avant son efficacité sur le hoquet. On lui reconnaît également des vertus digestives et stimulantes : mâcher ses graines après un repas, c’est s’assurer d’une bonne digestion. Elles agissent donc efficacement sur le fonctionnement intestinal et leur goût, subtilement anisé et tellement frais, laisse une haleine fraîche.

En infusion, l’aneth est aussi reconnu pour avoir une action antispasmodique. Il est bon pour stimuler l’appétit et les fonctions d’élimination, notamment grâce à la grande quantité de potassium qu’il contient, à l’effet diurétique. Enfin, l’huile essentielle d’aneth est, quant à elle, d’avantage utilisée pour ses propriétés sédatives. Cette plante est en effet un formidable calmant naturel.

En cuisine Indissociable du saumon, l’aneth fait pourtant des miracles avec d’autres ingrédients. En sushi, salade, galette salée ou cake, cette petite herbe aromatique est très prisée pour des plats de la mer comme de la terre. Recette : Dorade aux agrumes

Recette : Dorade aux agrumes

  • 2 dorades de 350 gr, Poivre noir du moulin, Sel, 8 brins d’aneth, 6 tiges de menthe, 6 brins d’estragon, 4 citrons verts, 2 pamplemousses roses, 2 oranges, 2 citrons, 2 échalotes, 2 gousses d’ail, 1 petit piment rouge, 1 cuillère à soupe d’huile d’olive, 1 cuillère à soupe de beurre, 4 feuilles de laurier, 380 ml de bouillon de poisson.
  • Nettoyez les daurades et rincez les bien, Salez et poivrez l’intérieur. Faites des incisions dans les dorades et placez l’aneth, la menthe, l’estragon et des tranches de citron vert sans le zeste, dans les incisions. Épluchez les pamplemousses, les oranges, les citrons et 1 citron vert, et pelez-les à vif. Pressez bien les pelures. Coupez les échalotes et l’ail en rondelles. Epépinez le piment et coupez-le en morceaux. Faites chauffer l’huile et le beurre à feu vif dans une grande cocotte. Faites-y revenir l’ail, les échalotes, le piment et le laurier pendant 1 minute. Ajoutez le poisson, les agrumes et le jus. Laissez mijoter 3 minutes. Pour finir Versez le bouillon par-dessus, couvrez et laissez mijoter 5 à 10 minutes jusqu’à ce que le poisson soit cuit. Servez avec de la purée.

Remarque

Aucune contre indication n’a été répertoriée a ce jour concernant l’utilisation de l’Aneth.

Le tussilage, tussilago farfara

Description :

Le tussilago farfara (nom latin du tussilage) est composé des deux mots latins tussis (toux)
et agere (chasser), ce qui démontre bien l’utilisation efficace de cette plante médicinale comme étant un fait établi depuis longtemps : le tussilage chasse la toux.
Si on l’appelle également pas d’âne, c’est que c’est en effet l’empreinte du pas d’un âne que rappelle la forme de la feuille du tussilage, très facilement reconnaissable. Le tussilage possède d’autres noms, plus farfelus les uns que les autres, par exemple : racine de peste, procheton, chou de vigne, chasse- toux, pied de baudet, pied de poulain, pas de cheval, taconnet, plisson, béchion, et j’en passe. Ses feuilles, justement, sont très facilement reconnaissables à leur forme de cœur et leur contour un peu dentelé. Le dessus (visible) de la feuille est d’un vert herbe standard, mais un duvet blanchâtre recouvre le dessous de la feuille. La tige est assez épaisse, et lorsqu’elle est brisée, elle libère une odeur fraîche de poivre. On en trouve littéralement partout; en Amérique du Nord comme en Europe, le tussilage pouvant être considéré comme une mauvaise herbe, se répand très aisément dans la nature, surtout dans les terrains argileux.

La feuille du tussilago farfara
Feuille de tussilage

Bienfaits :

Les bienfaits du tussilage sont multiples et reconnus. Le tussilage calme la toux, éclaircit la voix, soulage les bronches irritées tout en les dilatant, et facilite ainsi la respiration en cas d’asthme. Le tussilage, cette plante fabuleuse, peut se consommer de diverses façons.
Le tussilago farfara en inhalation relaxe, dilate les bronches et calme le mal de gorge ainsi que la toux. Ce n’est cependant pas la méthode de consommation le plus typique du tussilage. Le plus souvent, en infusion pour faire une tisane de tussilage en se servant des feuilles ou même des fleurs printanières. Des compresses peuvent être faites avec les feuilles et appliquées sur des plaies, ou même sur la peau dépourvue de plaies, comme le tussilage rend la peau souple et douce.

Fleur comestible tussilage
Fleur comestible de tussilago farfara

En cuisine :

Les fleurs sont excellentes en salade. Leur tige est juteuse, légèrement sucrée et aromatique. Idem pour les jeunes feuilles. Plus caoutchouteuses, un peu difficile à mâcher les feuilles plus âgées devront de préférence être bouillie. Àprès avoir brûlé des feuilles préalablement séchées, on fabrique un substitut de sel qui est beaucoup plus riche en chlorure de potassium qu’en chlorure de sodium ce qui est super car il est meilleurs pour la santé et, par conséquent, convient parfaitement au personnes qui doivent suivre un régime sans sel. On prépare le sel de tussilage en faisant d’abord sécher les feuilles puis en les faisant brûler (à l’extérieur, il en va de soi) par petites quantités à l’ aide d’un récipient de métal. On prend ensuite les cendres que l’on tamise à l’aide d’une passoire à riz .Par la suite on conserve notre sel de tussilago farfara dans un contenant hermétique de style mason.

Attention :

Le tussilage est contre-indiqué aux femmes enceintes ou à celles qui allaitent, aux enfants de moins de 6 ans, aux personnes souffrant d’une maladie du foie.

Plantes sauvages des bois

plante sauvage des bois, beaucoup de plante des bois sont comestibles il suffit de savoir lesquelles ! Voici donc une liste des comestible et des toxiques

Dans nos bois il y a plusieurs variétées de plantes sauvages. La plupart des plantes des bois le sont, à moins d’y avoir été introduit par la main humaine. Beaucoup sont comestibles comme l’ail des bois du Québec (Allium tricoccum), la fougère à l’autruche (Matteuccia struthiopteris), la médéole de virginie (Medeola virginiana), le gingembre sauvage (Asarum canadense) et j’en passe.

Les arbres et arbustes font évidemment aussi partit des plantes sauvages des bois et beaucoup sont aussi comestibles ou contiennent des parties comestibles: fruits, graines, écorce intérieur (cambium), épines, sève, feuilles, racines et bourgeons!

Liste des meilleures plantes sauvages des bois

( la liste évoluera avec le temps) :

  • Ail des ours, allium ursinum (Eurasie)
  • Médéole, Medeola virginiana (Amérique)
  • l’ail des bois, Allium tricoccum (Amérique)
  • Gingembre sauvage, Asarum canadense (Amérique)

Tout les plantes de cette liste auront un article à leur sujet, vous apprendrez comment les identifier, leurs bienfaits et quelle partit de la plante il est préférable de manger. N’hésitez donc pas à faire une demande dans les commentaire.

La carotte sauvage ( daucus carota )

Les infusions de graines de carottes sauvages ou non, sont diurétiques (augmentent les sécrétions urinaires) donc hypotensives…

Attention :

La carotte sauvage peut être confondue avec d’autres ombellifères mortellement toxiques comme la grande ciguë (Conium maculatum). Quand la plante est en fleurs, pas de problème ! La fleur rouge ou noir du centre de l’ombelle de la carotte permet de certifier notre identification. Mais quand la plante n’a que des feuilles ça se corse ! Regardez bien la tige : celle de la carotte est poilue et sans tache ; celle de la ciguë, tachetée de rouge à la base est glabre (c’est-à-dire sans poil). N’oubliez pas de froisser les feuilles pour sentir l’odeur de la plante : celle de la carotte est bien connue tandis que celle de la ciguë est désagréable et rappelle l’urine de rat. Et pour vous rassurer, sachez qu’aucune plante toxique de la famille des Ombellifères n’a de poil.

Voici quelques images pour vous aidez a identifier la carotte sauvage comestible

La carotte sauvage (Daucus carota), très proche par son allure et son odeur à celle cultivée est une plante très commune de la famille des Ombellifères (Apiacées). Ses ombelles de fleurs blanches égayent les bords de chemins et routes, les prairies, cultures et friches de mai à octobre.
La carotte est une plante bisannuelle. Les feuilles, finement découpées comme la carotte cultivée, forment une rosace la première année. Les ombelles de fleurs blanches apparaissent la deuxième année avec le plus souvent en leur centre une fleur stérile de couleur différente allant du rose au pourpre sombre. A la base de l’ombelle se trouvent une couronne de feuilles longues et découpées, appelées bractées. A maturité les rayons de redressent et les fruits couverts de crochets sont comme emprisonnés à l’intérieur.

Bienfaits

– Les infusions de graines de carottes sauvages ou non, sont diurétiques (augmentent les sécrétions urinaires) donc hypotensives…
– Carminatives : (favorisant l’expulsion des gaz intestinaux et de l’estomac), digestion difficile ? mâchez des graines de carotte… ou buvez une tisane.
– Galactogène : pour les femmes allaitant leurs bébés, une infusion de graines de carotte favorise la lactation.

En cuisine

La plante entière est comestible. Elle peut être consommée crue, cuite ou en aromate.
La racine est blanche. Elle doit être ramassée à la fin de la première année avant que la floraison n’épuise les réserves contenues dans la racine. Cueillies d’octobre à mars, elle est tendre et charnue mais plus fibreuse qu’une carotte cultivée. Sauvage ou domestiquée, elles se consomment de la même façon.
Les fanes peuvent être utilisées dans les soupes, gratin, pesto, jus vert… on choisit les jeunes feuilles qui sont plus tendres que les plus âgées.
Les fleurs peuvent ajoutées dans les salades pour les décorer et les parfumer. On peut aussi en faire des beignets.
Le parfum des fruits est agréable et rappelle la poire, mais seulement cueillis au bon moment ni trop vert, ni trop mur ! Ils parfument toute sorte de desserts et boissons.

Faites revenir un oignon ciselé sans coloration et 3 bonnes poignées de feuilles de carotte sauvage, mettez-y 3 grosses pommes de terre, mouillez à l’eau, ou au bouillon de légumes, sel, poivre, laissez cuire à frémissement, à couvert pour palier une perte trop importante de vitamines, évitez impérativement la cuisson sous pression ou pire le micro-onde !!!
Mixez le tout et mettez une pincée de graines de sésame avant de servir.

Test de comestibilité universel

1.Séparez la plante en ses différentes parties: racines, tiges, feuilles, boutons et fleurs. Concentrez-vous sur un seul morceau de la plante à la fois.

Si vous êtes pris seul en nature, ou en mode survie à cause d’une catastrophe un jour il vous faudra manger quelques chose.

Faites attention sâcher que manger même une infime bouchée d’une plante toxique peut causer des problèmes gastro-intestinaux extrêmes, voire la mort. Sâchez aussi que l’être humain peut survivre plusieurs jours sans se nourir, il est donc préferable d’avoir faim que de s’empoisonner, toutefois si vous n’avez pas le choix et que vous ne reconnaissez aucune plantes comestibles près de vous, voici ce que vous devez faire:

1. Séparez la plante en ses différentes parties: racines, tiges, feuilles, boutons et fleurs. Concentrez-vous sur un seul morceau de la plante à la fois.

2. Sentez-le. Si il se dégage une odeur forte et désagréable laissez tomber cette plante si la plante sent bonne vous pouvez passer à l’étape suivante

3. Testez la toxicité par contact en plaçant un morceau de plante sur votre coude ou votre poignet pendant quelques minutes. Si votre peau brûle, vous démange, devient engourdie ou se manifeste une éruption cutanée, ne mangez pas la plante. Si la plante réussit le test cutané, vous pouvez passez à l’autre étape.

4. Préparez une petite portion de la plante que vous ferez bouillir 3 min (avec de l’eau potable) Avant de croquer, touchez la plante avec vos lèvres pour vérifier si elle brûle ou si la lèvre vous démanges. S’il n’y a pas de réaction après 15 minutes, prenez une petite bouchée, mastiquez-la et maintenez-la dans votre bouche pendant 15 minutes. Si la plante a un goût très amer ou savonneux, recrachez-la. S’il n’y a pas de réaction dans la bouche, avalez la et attendez 8 heures. S’il n’y a pas d’effets néfaste, vous pouvez supposer que cette partie de la plante est comestible.

Répétez le test pour les autres parties de la plante. certaines plantes ont des parties comestibles et non comestibles.

Si vous ne connaissez pas les champignon évitez les à tout prix, ce test ne fonctionnera pas. Certains champignons peuvent vous tuer à retardement ; on a déjà vue des gens mourir quelques jours après avoir mangé quelques champignons

Je parlerai aussi des plantes mortelles et toxique prochainement dans ce blog.

Typha latifolia, quenouille ou massette

Les épis mâle et le coeur de la quenouille (typha latifolia) font un délicieux légume, voici une petite recette rapide pour les coeurs de quenouilles

J’ai appris dernièrement que l’une des plantes les plus répandu près d’où j’habite a plusieurs utilitée sois culinaire, médecinale ou même artisanale! Et oui, la quenouille peut nous offrir le tout!

Quebouille comestible près d'un cour d'eau
Typha latifolia, quenouille, massette

-En cuisine:

Avant tout il est déconsseillé de cueillir les massettes en des lieux pollué car, cette plante absorbe énormément de toxine.

L’épis mâle (celui du dessus) encore vert et de préference encore envellopper de la petite »pelure » blanche de la quenouille peut ce manger à la façon du maïs, d’asperge ou d’haricot ; soit bouillis environ 8 min et servis avec une noix de beurre et une pincée de sel. Manger seulement ce qu’il y à autour du bâton. Je suis d’ailleur en train d’esseyer cette petite recette à l’heure ou j’écris.

Blé d'inde de typha latipholia
Épis mâle de quenouille

Ensuite il y a le coeur de quenouille qui ressemble à un coeur de palmier. Il ce trouve au centre dans les 15 à 25 premier centimètre de la tige et il est vraiment préférable de le cueillir quand la massette est encore jeune, si on ne veut pas un coeur inmachable.

Pour obtenir des coeurs de typha latifolia il faut donc éplucher la tige jusqu’a ce qu’on arrive à la partit blanche et tendre de la quenouille. Que l’on fait ensuite bouillir 2-3 min. Il peut être ensuite mangé froid avec un peu de sel, mariné à l’interieur d’un peu de vinaigre, d’huile et d’épice.

Ce coeur de quenouille est délicieux en salade, en ou avec des sushis, avec un tartare avec de déliceux pétoncle. Bref ce faux coeur de palmier accompagne presque tout, à merveille.

Les racines et le pollen de l’épis mâle (celui du dessus) peuvent être sèchés (dans le cas de la racine) et moulue pour en faire une délicieuse farine qui sera mélanger avec une autre farine, car elle contient de l’amidon mais aucun gluten ce qui ne lui donne pas une très bonne élasticité. Les racines peuvent aussi faire une purée, style « patate pilée ».