Pourpier (Portulaca oleracea)

Description du pourpier :

Le pourpier est une plante annuelle, herbacées, aux tiges rampantes s’étalant sur 10-30 cm On l’appelle aussi le pourpier potager, le pourpier des jardins, le pourpier maraicher ou encore la porcelaine. C’est une plante qui pousse un peu partout : dans les champs, dans les vignes, dans les terrains pauvres et compactés dans les potagers. Ses tiges charnues sont le plus souvent rougeâtres.
Le pourpier pousse dans les zones chaudes. Il aime le plein soleil, la chaleur et l’humidité. Les feuilles sessiles et charnues sont de forme obovales oblongues. Les fleurs jaunes, également sessiles, sont solitaires ou agglomérées. Le fruit est une capsule ovoïde, contenant de nombreuses graines, noires et luisantes.

portulaca oleracea sauvage comestible
portulaca oleracea en détail
portulaca oleracea
Pourpier sauvage comestible

Bienfaits du pourpier :

Doté de propriétés anti oxydantes, le pourpier, à la base du fameux “régime crétois”, contribue à la prévention des maladies cardiovasculaires.
Il est également diurétique, et donc très intéressant lorsqu’on veut nettoyer un peu son organisme des excès que l’on a pu faire : c’est un excellent aliment pour détoxifier l’organisme.
Très riche en Vitamine C (moins que le citron mais plus que la pomme)
Le pourpier est aussi riche en vitamine E et en minéraux.
Appliqué directement sur la peau, son suc est hydratant, adoucissant, cicatrisant, anti- inflammatoire, assainissant, antibactérien.
Il calme les irritations cutanées et favorise la cicatrisation des petites blessures.
Mâcher quelques feuilles calmerait l’inflammation des gencives et même les maux de gorge.
En tisane, les jeunes feuilles séchées sont diurétiques, dépuratives et calment les irritations digestives (une demi-cuillère à soupe par tasse).
En cas d’acné, on peut les associer au pissenlit (racine) ou à la pensée sauvage (fleurs) pour une cure dépurative.

Portulaca orelacea
Pourpier comestible à l’état sauvage

Cuisiner le pourpier :

Aliment peu calorique mais riche en oligo-éléments (potassium, magnésium et calcium). Les jeunes tiges et feuilles se consomment en salade. Leur goût est légèrement acidulé. Il peut être cuit dans une soupe ou une omelette.

Salade de pourpier à la fêta :

  • 400g de pourpier
  • 100g de fêta grecque
  • Quelques pignons de pin
  • Huile d’olive
  • Une betterave jaune crue
  • Citron

Préparation :

  1. Éplucher la betterave et la couper finement à l’aide d’une mandoline.
  2. Préparer une vinaigrette avec l’huile d’olive et le jus de citron
  3. Disposer sur les assiettes des feuilles de pourpier lavées et assaisonnées, décorer avec des tranches de betterave, ajouter des dés de fêta et quelques pignons de pin.
  4. Servir aussitôt

Attention :

Aucune contre-indication ni variété toxique n’a été répertoriée concernant le pourpier, mais il est toujours nécessaire de rappeler de bien laver les feuilles avant de les consommer en raison de bactéries ou insectes qui pourraient s’inviter dessus et causer des douleurs abdominales, nausées ou encore vomissements et perte de connaissance.

Lierre terrestre, Glechoma hederacea

le lierre terrestre est une plante sauvage comestible qui est très aromatique elle a un délicieux goût mentholé et peut être utilisée dans plusieurs recettes

Description :

Présent partout, dans les jardins comme dans les fossés, les bois, sur les pelouses ou les champs, le lierre terrestre est une plante vivace et rampante, que ses stolons rendent facilement envahissante.
Les fleurs, groupées par deux, trois ou quatre (parfois plus) à l’aisselle des feuilles, sont portées sur des hampes florales érigées dont la hauteur varie de 5 à 30 cm. Elles sont latéralement symétriques. Leur calice tubuleux et droit a 15 nervures et 5 dents légèrement inégales. Leur corolle bilabiée, longue de 10 à 20 mm, a un tube droit et saillant fait de 5 pétales soudés. La lèvre supérieure est dressée, plane et échancrée en deux lobes; la lèvre inférieure a trois lobes plus larges, avec celui du milieu en forme de cœur inversé. Leur couleur va du rose au bleu-violet, et elles sont tachetées de pourpre sur la lèvre supérieure. Floraison précoce en mars-avril, jusqu’à l’automne.
Toute la plante émet une odeur balsamique agréable, et a un goût aromatique rappelant la menthe avec une pointe d’amertume ou d’âcreté pour les feuilles et tiges ; la fleur est plus suave.

Bienfaits :

Traditionnellement, on a largement employé le lierre terrestre pour soigner les affections pulmonaires (bronchites chroniques, asthme) y compris la tuberculose. Il a également servi à soigner l’atonie gastrique, les affections urinaires (calculs) et les leucorrhées. Par voie externe, on l’a utilisé pour soigner les abcès et les furoncles.
Indiquée pour la rhinite, bronchite, asthme, emphysème pulmonaire, toux, abcès, furoncles, maux de tête, foie, vessie et la gastrite entérite, elle s’utilise comme suit :

Usage interne :

– Teinture à raison de 4 cuillerées à thé par jour.
– 8 g infusion trois minutes 250 ml d’eau bouillante. Boire 2-3 tasses par jour, sucré avec du miel entre les repas
– Pour l’asthme, gastrite, entérite, hépatiques et rénales troubles, préparer une infusion plus concentrée de 50 g de lierre, à 1 litre d’eau bouillante.
– Pour la bronchite, le catarrhe, préparer un sirop très efficace de 100 g de lierre, et brassé avec 250 ml d’eau, puis laissez tremper pendant 10 heures puis filtrer. Ajouter 250 ml de miel et laissez donner un peu chaud.
– Réfrigéré dans des flacons fermés hermétiquement. Administrer 3-4 cuillères à soupe par jour.

Usage externe :

– Infusion et inhalateurs sont utiles pour les rhumes et rhinites.
– Jus de lierre frais appliqués comme une aspiration nasale est un très bon remède contre la migraine.
– L’huile est obtenue par macération de lierre, 10 poignées d’herbe dans un litre d’huile d’olive. Macération pendant 1 mois au soleil et utilisée comme compresses appliquées sur les plaies et les troubles inflammatoires.
– Les feuilles fraîches seront utilisées en cataplasmes sur les abcès et les furoncles.

En cuisine :

Les feuilles (cueillies et utilisées avec les tiges) parfument agréablement les boissons et les desserts. Elles se marient bien avec les amandes, y compris le lait d’amande. Elles peuvent aussi s’utiliser en salé, ciselées et incorporées dans du fromage ou en mélange avec d’autres plantes dans des salades. Les fleurs servent en général de décoration comestible.
Essayez de mêler une feuille de lierre terrestre à 2 œufs battus pour en faire une omelette : vous serez surpris par l’arôme de cette herbe. Vous pouvez aussi l’utiliser avec des viandes blanches en fin de cuisson.

Plantes sauvages des bois

plante sauvage des bois, beaucoup de plante des bois sont comestibles il suffit de savoir lesquelles ! Voici donc une liste des comestible et des toxiques

Dans nos bois il y a plusieurs variétées de plantes sauvages. La plupart des plantes des bois le sont, à moins d’y avoir été introduit par la main humaine. Beaucoup sont comestibles comme l’ail des bois du Québec (Allium tricoccum), la fougère à l’autruche (Matteuccia struthiopteris), la médéole de virginie (Medeola virginiana), le gingembre sauvage (Asarum canadense) et j’en passe.

Les arbres et arbustes font évidemment aussi partit des plantes sauvages des bois et beaucoup sont aussi comestibles ou contiennent des parties comestibles: fruits, graines, écorce intérieur (cambium), épines, sève, feuilles, racines et bourgeons!

Liste des meilleures plantes sauvages des bois

( la liste évoluera avec le temps) :

  • Ail des ours, allium ursinum (Eurasie)
  • Médéole, Medeola virginiana (Amérique)
  • l’ail des bois, Allium tricoccum (Amérique)
  • Gingembre sauvage, Asarum canadense (Amérique)

Tout les plantes de cette liste auront un article à leur sujet, vous apprendrez comment les identifier, leurs bienfaits et quelle partit de la plante il est préférable de manger. N’hésitez donc pas à faire une demande dans les commentaire.

La carotte sauvage ( daucus carota )

Les infusions de graines de carottes sauvages ou non, sont diurétiques (augmentent les sécrétions urinaires) donc hypotensives…

Attention :

La carotte sauvage peut être confondue avec d’autres ombellifères mortellement toxiques comme la grande ciguë (Conium maculatum). Quand la plante est en fleurs, pas de problème ! La fleur rouge ou noir du centre de l’ombelle de la carotte permet de certifier notre identification. Mais quand la plante n’a que des feuilles ça se corse ! Regardez bien la tige : celle de la carotte est poilue et sans tache ; celle de la ciguë, tachetée de rouge à la base est glabre (c’est-à-dire sans poil). N’oubliez pas de froisser les feuilles pour sentir l’odeur de la plante : celle de la carotte est bien connue tandis que celle de la ciguë est désagréable et rappelle l’urine de rat. Et pour vous rassurer, sachez qu’aucune plante toxique de la famille des Ombellifères n’a de poil.

Voici quelques images pour vous aidez a identifier la carotte sauvage comestible

La carotte sauvage (Daucus carota), très proche par son allure et son odeur à celle cultivée est une plante très commune de la famille des Ombellifères (Apiacées). Ses ombelles de fleurs blanches égayent les bords de chemins et routes, les prairies, cultures et friches de mai à octobre.
La carotte est une plante bisannuelle. Les feuilles, finement découpées comme la carotte cultivée, forment une rosace la première année. Les ombelles de fleurs blanches apparaissent la deuxième année avec le plus souvent en leur centre une fleur stérile de couleur différente allant du rose au pourpre sombre. A la base de l’ombelle se trouvent une couronne de feuilles longues et découpées, appelées bractées. A maturité les rayons de redressent et les fruits couverts de crochets sont comme emprisonnés à l’intérieur.

Bienfaits

– Les infusions de graines de carottes sauvages ou non, sont diurétiques (augmentent les sécrétions urinaires) donc hypotensives…
– Carminatives : (favorisant l’expulsion des gaz intestinaux et de l’estomac), digestion difficile ? mâchez des graines de carotte… ou buvez une tisane.
– Galactogène : pour les femmes allaitant leurs bébés, une infusion de graines de carotte favorise la lactation.

En cuisine

La plante entière est comestible. Elle peut être consommée crue, cuite ou en aromate.
La racine est blanche. Elle doit être ramassée à la fin de la première année avant que la floraison n’épuise les réserves contenues dans la racine. Cueillies d’octobre à mars, elle est tendre et charnue mais plus fibreuse qu’une carotte cultivée. Sauvage ou domestiquée, elles se consomment de la même façon.
Les fanes peuvent être utilisées dans les soupes, gratin, pesto, jus vert… on choisit les jeunes feuilles qui sont plus tendres que les plus âgées.
Les fleurs peuvent ajoutées dans les salades pour les décorer et les parfumer. On peut aussi en faire des beignets.
Le parfum des fruits est agréable et rappelle la poire, mais seulement cueillis au bon moment ni trop vert, ni trop mur ! Ils parfument toute sorte de desserts et boissons.

Faites revenir un oignon ciselé sans coloration et 3 bonnes poignées de feuilles de carotte sauvage, mettez-y 3 grosses pommes de terre, mouillez à l’eau, ou au bouillon de légumes, sel, poivre, laissez cuire à frémissement, à couvert pour palier une perte trop importante de vitamines, évitez impérativement la cuisson sous pression ou pire le micro-onde !!!
Mixez le tout et mettez une pincée de graines de sésame avant de servir.

Les menthes sauvages,

Il existe plusieurs sorte de menthe sauvages qui poussent à différents endroit. Elle sont toute comestible et font des tisanes superbe contre la toux. la menthe sauvage une belle plante à découvrir

Description :

Les menthes sauvages sont des plantes herbacées appartenant au genre Mentha et à la famille des
Lamiacées.

Ces menthes sont plus ou moins velues et parfumées, à feuilles dentées et pointues, et à fleurs
blanches, roses ou violettes, disposées en verticilles.

Il existe plusieurs espèces de menthes sauvages, ainsi que de nombreux hybrides. Leur
identification est difficile du fait de cette importante hybridation au sein du groupe.

Fleurs de mentha
Superbe fleur de menthe sauvage comestible

Bienfaits de la menthe :

De la même manière que les menthes cultivées, les menthes sauvages sont utilisées :

  • en aromates, dans de nombreux plats, surtout méditerranéens
  • en phytothérapie, sous forme d’infusions de feuilles
  • en aromathérapie : leur huile essentielle est obtenue par distillation à la vapeur des parties aériennes.

Les différentes espèces de menthes ont des propriétés :

  • toniques, fortifiantes, stimulantes, antispasmodiques, carminatives
  • digestives : contre les lourdeurs, les ballonnements, la dyspepsie… ;
  • anti-oxydantes et antibactériennes (menthes aquatiques)
  • antalgiques, anti-inflammatoires, anxiolytiques, antihypertenseur (menthes des champs)
  • antibactériennes, antifongiques, utilisées contre l’asthme, la toux et les maux de tête (menthes sylvestre)

En cuisine :

Choco-crème à la menthe sauvage :

Temps de préparation : 15 minutes ; Temps de Cuisson : 180 minutes

Ingrédients :

– 200g de chocolat en tablette
– 40cl de crème liquide
– 10 feuilles de menthe sauvage –1 sachet de sucre vanillé.

Préparation :

1. Prendre une petite casserole. Porter à ébullition 20cl de crème liquide avec les feuilles de
menthe et mettre à réfrigérer les 20cl restant.
2. Retirer du feu, couvrir la casserole et laisser le mélange infuser 5 mn, puis retirer les feuilles de
menthe.
3. Casser en morceaux le chocolat et mettre ses morceaux dans un saladier. Verser par-dessus la
crème à la menthe. Couvrir et attendre quelques minutes. Mélanger vivement à la fourchette
jusqu’à obtention d’un chocolat bien lisse.
4. Monter en chantilly la crème réfrigérée. En cours d’opération rajouter le sucre vanillé.

5. Mélanger la crème chantilly au chocolat. Attention, il faut être délicat !
6. Verser cette préparation dans un moule à cake et recouvrir avec un film alimentaire. Mettre
minimum 3 heures au réfrigérateur.
7. Au moment de servir, démouler : plonger le moule quelques minutes dans l’eau chaude puis
retourner le plat.
Pour finir… Pour une décoration plus belle, présenter le dessert sur un lit de crème anglaise.

ATTENTION :

Aucune toxicité n’a été enregistrée chez les menthes sauvages mais il faut être
extrêmement prudent avec l’huile essentielle de menthe parce qu’elle peut être épileptogène, donc
provoquer des crises d’épilepsie chez certains individus.

3 ebooks sur les plantes à 15 euro au lieu de 21 euro

Marguerite commune, Leucanthemum vulgare, Chrysanthème à fleur blanche, Paquerette

On peut trouver la marguerite dans les endroits ouverts et emplie de soleil C’est pourquoi on la trouve dans les champs, les terrains vagues et sur le bord des routes. La Chrysanthème à fleur blanche aime vivre dans les terres assez sec et les sols pauvres.

Usage médicinal:

La marguerite est légèrement aromatique, comme son proche cousin, la camomille. Les feuilles et les fleurs sont comestibles.

Un thé fait avec la marguerite sera bue pour détendre les bronches. Il est diurétique et astringent, utile pour les ulcères d’estomac et les amas sanglants ou l’urine. Également utilisé comme douche vaginale pour l’ulcération cervicale.

Leucanthemum vulgare, utilisée comme antispasmodique contre les coliques et les troubles digestifs généraux.

La pâquerette, récoltée avant d’être mise en graine et séchée pour être utilisée plus tard, est utilisée en médecine depuis des milliers d’années en Europe et par les Amérindiens Iroquois, Menominee, Mohegan, Quileute et Shinnecock. Sur le plan interne, la plante entière, en particulier les fleurs, aurait contribué à atténuer les spasmes bronchiques et la coqueluche. Il a été dit pour réduire la toxicité en stimulant la transpiration et la miction, ainsi que pour guérir les sueurs nocturnes, les plaies et la jaunisse, et pour soigner efficacement l’asthme et les états nerveux.

Bien que la marguerite puisse être un irritant pour la peau pour certains, elle aurait été utilisée comme lotion pour traiter les ulcères, les contusions, les coupures et pour laver les yeux pour traiter la conjonctivite.

En cuisine :

Malgré leur goût amer, les jeunes feuilles de marguerite sont consommées en salade dans certaines régions d’Italie, bien que la plante ne soit pas réputée pour cet usage. On dit que la racine est comestible crue aussi, de préférence au printemps.

Recette de câpres de marguerites:
Les câpres de marguerites sont en fait des boutons de fleur qui n’ont pas éclos. Ces délicieuse petites bouchée on un petit goût salé et poivré que plusieurs apprécieront dans les recette ou l’on utilise les câpre traditionnel, comme par exemple avec du saumon ou de la truite fumée accompagné d’oignon doux et d’huile d’olive.

Voici à quoi ressemble les marguerite une fois ouverte.

La recette

  • Ingrédients:

  • 200 grammes de boutons floraux de marguerite nettoyé et sans feuille.

  • 125 ml de vinaigre blanc

  • 125 ml d’eau

  • Une cuillère à thé de sel (fin, à marinade ou de mer)

  • Deux à dix grain de poivre (au goût

  • Préparation:

  1. Stériliser un pot mason

  2. Faite bouillir les câpre 1 minute, égoutter les et plongez les dans de l’eau glacée

  3. Faites bouillir les autres ingrédients (eau, vinaigre sel et poivre)

  4. Aussitôt que le liquide bout ajoutez-y les câpres sans l’eau glacée

  5. Verser tous les ingrédients dans votre pot mason.

  6. Attendre environ une semaine avant de consommer

Conseils et trucs:

  • Vous pouvez ajoutez un peu d’huile d’olive ou de canola pour des câpres différents

  • Dans vos recettes contenant des câpres, mélangez les aux câpres traditionnel et au câpres de pissenlit (recette suivante) vous pouvez même y ajouter quelque tête de violon marinée (recette précédente)

  • Assurez vous que ce que vous cueillez est bien de la marguerite en examinant les fleurs qui sont ouverte autour

Trèfle rouge ( trifolium pratense )

Partie comestible du trèfle: feuille et fleur. Les feuilles des jeunes pousse sont délicieuse et tendre.

Partie comestible du trèfle: feuille et fleur. Les feuilles des jeunes pousse sont délicieuse et tendre.
Bien que les feuilles puissent être mélangées à une salade ou utilisées dans un thé, la partie préférable de cet aliment sauvage est la fleur. Les trèfles rouges sont les plus savoureux de tous les trèfles bien qu’il soit recommandé de ne pas en manger trop surtout les première fois car certaines personnes ressentent des ballonnements.

Bienfait du trifolium pratense

Le trèfle rouge ou Trifolium pratense en latin est considéré comme l’une des sources les plus riches en isoflavones (produits chimiques hydrosolubles agissant comme des œstrogènes).

Par conséquent, le trèfle rouge est utilisé pour les bouffées de chaleur, le syndrome prémenstruel, l’amélioration des seins et la santé maternelle, ainsi que pour la réduction du cholestérol, l’amélioration de la production d’urine et la circulation sanguine.

Il aide également à prévenir l’ostéoporose, à réduire le risque de formation de caillots sanguins et de plaques artérielles et à limiter le développement de l’hyperplasie bénigne de la prostate.

C’est aussi une source nutritionnelle de calcium, chrome, magnésium, niacine, phosphore, potassium, thiamine et vitamine C.

Les femmes atteintes de maladies hormono-dépendantes telles que l’endométriose, les fibromes utérins et le cancer du sein, les ovaires ou l’utérus ne doivent pas prendre de trèfle rouge en raison de ses effets œstrogéniques possibles.

Les hommes atteints d’un cancer de la prostate devraient également éviter de prendre du trèfle rouge, à moins qu’un médecin ne le recommande.

Recettes de trèfle rouges

Je vous propose ici quelques recettes délicieuse. Comme les feuille de trèfle bouillie ont un goût assez doux vous pouvez en ajoutez à plusieur de vos recette sans problème

Riz de trèfle rouge:

  • 2 tasses de riz, utilisez du riz brun ou sauvage pour un gout plus « nature »
  • 2 tasses de fleurettes de trèfle rouge, cueillies dans les capitules
  • Le jus d’un quart de citron½ tasse de beurre
  • 1 c. À thé de sel

Préparation:

  • Cuire le riz jusqu’à cuisson complète.
  • 1 minute avant la fin de la cuisson, mélangez les fleurs de trèfle, le beurre et le sel.
  • Servir chaud. Vous pouvez ajouter une demi-tasse de miel et des noix hachées pour en faire un plat sucré.
  • Vous pouvez également essayer le quinoa ou d’autres céréales au lieu du riz pour cette recette.

Tisane de trèfle rouge

  • 1 tasse de fleurs de trèfle rouge
  • 2 cuillères à soupe de menthe
  • Une pincée de zeste de citron et/ou de lime
  • 4 tasses d’eau
  • Inspectez les fleurs et assurez-vous qu’il n’y a pas d’insectes. Assurez-vous également que les fleurs n’ont pas été pulvérisées de produit chimiques.
  • Amenez l’eau à ébullition. Retirer du feu.
  • Ajoutez des fleurs de trèfle et de la menthe. laisser infuser environ 10 minutes. Ajoutez du miel ou du sucre au goût. Déguster!

Test de comestibilité universel

1.Séparez la plante en ses différentes parties: racines, tiges, feuilles, boutons et fleurs. Concentrez-vous sur un seul morceau de la plante à la fois.

Si vous êtes pris seul en nature, ou en mode survie à cause d’une catastrophe un jour il vous faudra manger quelques chose.

Faites attention sâcher que manger même une infime bouchée d’une plante toxique peut causer des problèmes gastro-intestinaux extrêmes, voire la mort. Sâchez aussi que l’être humain peut survivre plusieurs jours sans se nourir, il est donc préferable d’avoir faim que de s’empoisonner, toutefois si vous n’avez pas le choix et que vous ne reconnaissez aucune plantes comestibles près de vous, voici ce que vous devez faire:

1. Séparez la plante en ses différentes parties: racines, tiges, feuilles, boutons et fleurs. Concentrez-vous sur un seul morceau de la plante à la fois.

2. Sentez-le. Si il se dégage une odeur forte et désagréable laissez tomber cette plante si la plante sent bonne vous pouvez passer à l’étape suivante

3. Testez la toxicité par contact en plaçant un morceau de plante sur votre coude ou votre poignet pendant quelques minutes. Si votre peau brûle, vous démange, devient engourdie ou se manifeste une éruption cutanée, ne mangez pas la plante. Si la plante réussit le test cutané, vous pouvez passez à l’autre étape.

4. Préparez une petite portion de la plante que vous ferez bouillir 3 min (avec de l’eau potable) Avant de croquer, touchez la plante avec vos lèvres pour vérifier si elle brûle ou si la lèvre vous démanges. S’il n’y a pas de réaction après 15 minutes, prenez une petite bouchée, mastiquez-la et maintenez-la dans votre bouche pendant 15 minutes. Si la plante a un goût très amer ou savonneux, recrachez-la. S’il n’y a pas de réaction dans la bouche, avalez la et attendez 8 heures. S’il n’y a pas d’effets néfaste, vous pouvez supposer que cette partie de la plante est comestible.

Répétez le test pour les autres parties de la plante. certaines plantes ont des parties comestibles et non comestibles.

Si vous ne connaissez pas les champignon évitez les à tout prix, ce test ne fonctionnera pas. Certains champignons peuvent vous tuer à retardement ; on a déjà vue des gens mourir quelques jours après avoir mangé quelques champignons

Je parlerai aussi des plantes mortelles et toxique prochainement dans ce blog.

Détails des plantes comestibles sauvages du Québec à venir…

À venir prochainement, mais pas nécéssairement en ordre.

Suivez le blog: Plante Sauvage pour rester informés

Typha latifolia, quenouille ou massette

Les épis mâle et le coeur de la quenouille (typha latifolia) font un délicieux légume, voici une petite recette rapide pour les coeurs de quenouilles

J’ai appris dernièrement que l’une des plantes les plus répandu près d’où j’habite a plusieurs utilitée sois culinaire, médecinale ou même artisanale! Et oui, la quenouille peut nous offrir le tout!

Quebouille comestible près d'un cour d'eau
Typha latifolia, quenouille, massette

-En cuisine:

Avant tout il est déconsseillé de cueillir les massettes en des lieux pollué car, cette plante absorbe énormément de toxine.

L’épis mâle (celui du dessus) encore vert et de préference encore envellopper de la petite »pelure » blanche de la quenouille peut ce manger à la façon du maïs, d’asperge ou d’haricot ; soit bouillis environ 8 min et servis avec une noix de beurre et une pincée de sel. Manger seulement ce qu’il y à autour du bâton. Je suis d’ailleur en train d’esseyer cette petite recette à l’heure ou j’écris.

Blé d'inde de typha latipholia
Épis mâle de quenouille

Ensuite il y a le coeur de quenouille qui ressemble à un coeur de palmier. Il ce trouve au centre dans les 15 à 25 premier centimètre de la tige et il est vraiment préférable de le cueillir quand la massette est encore jeune, si on ne veut pas un coeur inmachable.

Pour obtenir des coeurs de typha latifolia il faut donc éplucher la tige jusqu’a ce qu’on arrive à la partit blanche et tendre de la quenouille. Que l’on fait ensuite bouillir 2-3 min. Il peut être ensuite mangé froid avec un peu de sel, mariné à l’interieur d’un peu de vinaigre, d’huile et d’épice.

Ce coeur de quenouille est délicieux en salade, en ou avec des sushis, avec un tartare avec de déliceux pétoncle. Bref ce faux coeur de palmier accompagne presque tout, à merveille.

Les racines et le pollen de l’épis mâle (celui du dessus) peuvent être sèchés (dans le cas de la racine) et moulue pour en faire une délicieuse farine qui sera mélanger avec une autre farine, car elle contient de l’amidon mais aucun gluten ce qui ne lui donne pas une très bonne élasticité. Les racines peuvent aussi faire une purée, style « patate pilée ».