Nom latin : Asarum canadense Famille :Aristolochiacées (famille de l’aristoloche)

Feuilles d'asaret canadense gingembre sauvage
Feuille d’asaret canadense. Source mffp pierre Petitclair

Asarum Canadense
Plus connue sous le nom de : Gingembre Sauvage, parce que leur rhizome goûte et sent un peu comme la racine du gingembre commercial, cependant ces deux espèces ne sont pas particulièrement reliées. On n’en retrouve qu’une seule au Québec, Asarum canadense. On trouve une autre espèce du genre Asarum, l’Asarum caudatum au Canada.

Habitat asaret canadense

PÉRIPHÉRIQUE NORD
Source : Environnement et lutte contre les changements

Amérique du Nord : du Manitoba au Nouveau-Brunswick, et du Dakota du Nord à la Louisiane
Jusqu’à la Géorgie et au Maine.
Québec : dans les régions de l’Outaouais, des Laurentides, de Lanaudière, de la Mauricie, de la
Capitale-Nationale, de la Montérégie, du Centre-du-Québec, de l’Estrie, de
Chaudière-Appalaches, de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

Description du gingembre sauvage :

L’Asarum canadense mesure entre quelques pouces et un pied, il comprend une petite tige qui se divise en deux feuilles avec un long pétiole.

Feuille de l’Asarum canadense :

Feuille de gingembre sauvage
Feuilles de gingembre sauvage

Basales seulement, par paire, se dressant depuis le rhizome, cordées de réniformes, à entières. Mesurant jusqu’à 6 pouces de longueur et largeur, dense en dessous. Surface brillante, avec un pétiole poilu mesurant jusqu’à 6 pouces de long.

Floraison du gingembre sauvage :

Fleur d'asaret canadense
Fleur d’asaret canadense. Source : répertoire Québec nature.com

La floraison apparait au printemps. Elle se compose de petites fleurs brunes a pourpre discrète,
cachée sous le feuillage ainsi que dans les feuille morte.

Fruit de l’Asaret du Canada :

Fruit plante sauvage d'asaret canadense
Fruit et graines asaret canadensis (gingembre sauvage). Source : go botany native plant trust.

Une capsule contenant de nombreuses graines mûres au début de l’été. Selon mes lectures, l’autofécondation semble être la règle dont seulement 2 % à 23 % des individus fructifient. Les graines possèdent une caroncule charnue qui attire les fourmis, ce qui contribue à la propagation de la plante sur de courtes distance.

Rhizome de gingembre sauvage :

Rhizome comestible du gingembre sauvage
Rhizome asaret canadense (gingembre sauvage) source : répertoire Québec nature.com

Le rhizome a une forte saveur de gingembre, il contient une huile essentielle, très aromatique, employée en parfumerie. Cette huile, qui a été bien étudiée, est fort complexe et renferme divers alcools : linalcool, bornéol, terpinéol.

Récolte du gingembre sauvage :

Consommer en trop grande quantité, elle pourrait être cancérigène puisqu’elle contient certaine substance toxique.

Pour ce qui est de la récolte, on procède au printemps. Le rhizome, qui court à la surface du sol, se consomme frais ou sèche. L’asaret est plus efficace frais, une fois séché, il perd rapidement ses propriétés. On transformera sa racine fraiche en concentré liquide ou en huile. Attention, si on l’utilise en cuisine, son gout est plus prononcé et légèrement différent que celui du gingembre. Il faut donc en mettre moins. L’Asarum canadense fait partie de la liste des espèces de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables du gouvernement québécois ; une espèce est qualifiée vulnérable lorsque sa survie est précaire même si sa disparition n’est pas appréhendée. En conséquence, au Québec, le commerce de l’Asarum canadense est interdit et sa récolte est réglementée, a 5 spécimens dans une même colonie.

Recettes de gingembre sauvage :

Nous pouvons en faire des friandises en faisant bouillir des segments de rhizome de 3 à 5 cm environ une heure, puis en continuant la cuisson de 20 à 30 minutes dans autant d’eau que de sucre. Voici votre sirop de gingembre sauvage. Vous pouvez le conserver dans un pot au réfrigérateur. Le déguster avec de la crème glacée, des crêpes ou napper un gâteau.

Recette de sirop contre la toux :

Bouillir 100 grammes de racines dans 1 litre d’eau, jusqu’à réduction de moitié. Filtrer le tout pour en garder seulement le liquide, ajouter 50 grammes de miel mélanger le tout. Il est préférable de garder le sirop au réfrigérateur pour éviter qu’il fermente.

Infusion contre les bronchites :

Faite infuser 5 à 7 feuilles par tasse d’eau bouillante 5 a7 minutes.
Le rhizome se prend séché et réduit en poudre. Ajouter 1 à 2 grammes à votre tasse d’eau bouillante, remuer et boire immédiatement. Ne pas conserver les restants.

Substitue du gingembre :

Les Amérindiens emploient les feuilles comme substitue du gingembre, pour assaisonner certain plat de viandes ou de haricots.

Recette pleurote marinés, cœurs de quenouilles, boutons d’hémérocalle sur craquelin au bolet poivré :

Pleurotes marinés :
200 g de pleurotes
100 g d’échalotes sèches
5 ml de graines de moutarde
5 ml de pousses d’Aulne
2 g d’Asaret du Canada (gingembre sauvage)
50 ml de vinaigre de vin blanc
75 ml d’huile de tournesol
Craquelin au bolet poivré :
125 g de farine
25 g de diable moulu bolet poivré
80 g d’eau
15 ml d’huile de tournesol
2 g de sel
Montage :
250 g de boutons d’hémérocalle, Les Jardins de Métis de Grand-Métis
50 g de cœur de quenouille

Préparation de la recette :

Pleurotes marinés :
1- Dans une poêle, sauter dans 25 ml d’huile de tournesol les échalotes jusqu’à légère coloration.
2- Ajouter les pleurotes et les aromates, sauter pendant deux minutes.
3- Déglacer avec le vinaigre de vin et ajouter le reste de l’huile de tournesol.
4- Rectifier l’assaisonnement et réserver au froid pendant une nuit.
Craquelin au bolet poivré :
1- Dans un cul de poule, mélanger tous les ingrédients secs.
2- Ajouter l’eau et la moitié de l’huile, pétrir afin d’obtenir une pâte homogène et lisse.
3- Laisser reposer 30 minutes au réfrigérateur.
4- À l’aide d’un rouleau à pâtisserie, abaisser la pâte à environ 3 mm d’épaisseur.
5- Tailler selon la forme désirée, badigeonner avec le restant d’huile.
6- Cuire 15 minutes dans un four préchauffé à 350 degrés Faraneith.
Montage :
1- Tailler en trois les boutons d’hémérocalle et émincer les cœurs de quenouille.
2- Déposer les pleurotes marinés sur le craquelin.
3- Garnir d’un morceau de cœur de quenouille et d’hémérocalle.

Le gingembre sauvage dans l’histoire des Amérindiens :

Autrefois
Les Indiens d’Amérique du Nord se servaient de la plante comme herbe médicinale.

Les Abénaquis se servaient d’une décoction d’Asarum canadense et d’autre plantes pour soigner les rhumes. Ils s’en servaient également contre la toux. Ils faisaient une infusion des racines pour soigner les convulsions chez les enfants.

Les Cherokees se servaient de la plante pour soigner les menstruations douloureuses ou comme lotion pour les seins enflés ainsi que pour les problèmes de digestion. Ils l’utilisaient également pour forcer le renvoi en cas de douleur d’estomac. Ils s’en servaient enfin comme stimulant puissant et pour se débarrasser des vers.